Navigate / search

Chili : Région de Los Lagos

La région des lacs (800 km au sud de Santiago) fait pensée à la Suisse ou encore au Canada, avec ses plaines, ses montagnes vertes, ses ruisseaux, ses cascades, ses grands lacs paisibles. Le climat ressemble à l’Europe du nord. Ici et là, on voit des panneaux « gasthause » (maison d’hôte), kaffee kuchen (café gâteaux) qui témoignent d’une importante communauté d’origine allemande. Cette partie du pays, synonyme de prospérité et de paix, renvoie à l’image rêvée d’un Chili Européen.

Même si les espagnols se sont installés ici au début du 18ème siècle, ils n’occupaient qu’une partie infime de la région un siècle plus tard. Vers 1840, le gouvernement Chilien décide d’intégrer toutes ces terres et fait appel à un naturaliste allemand, pour inventorier la faune et la flore. Trois années plus tard, des terres sont offertes à des candidats allemand pour s’installer dans la région, avec pour obligation de construire une maison et un commerce. En arrivant, les 200 membres des familles recrutées découvrent un territoire vierge où elles doivent tout organiser. Ils logeront au début dans des tentes et des campements de fortune. Les plus fragiles périssent alors que d’autres se perdent et disparaissent. Parmi les corps de métier, il y a des forgerons, des brasseurs et des bûcherons qui vont créer des entreprises florissantes. L’écho de cette réussite entraine un flux continu de colons allemands. Alors que ceux du 19ème sont devenus propriétaires et patrons d’entreprise de tous les secteurs (scierie, distillerie, exploitation agricole, mécanique, céramique), ceux du début du 20ème, viendront comme salariés, négociants ou hommes d’affaires. L’immigration se tarit puis connait une 3ème vague dans les années 30 pour échapper au régime nazi, puis une petite 4ème après la seconde guerre mondiale, cherchant à cacher la partie sombre de l’histoire. Toujours est-il que la région contraste avec le reste du pays, par son organisation, sa richesse, ses entreprises, son tourisme et son architecture.

Frutillar, fondée 1856 pour servir de port aux colons du lac, est orné de belles demeures de style germanique, de jardins fleuris et de palmiers chiliens. Son théâtre construit sur le lac jouit d’une renommée internationale pour les concerts qui sont organisés chaque été. Le village est à l’image de vie en Bavière ou en Forêt Noire.

Puerto Octay, aussi fondé par les colons allemands en 1854, est située dans une baie très abritée. Elle fut une petite station balnéaire très prisé au début du 20ème siècle mais a perdu toute sa splendeur. Le cimetière et des entrepôts séparent désormais le village et le lac… Les maisons attestent de conditions agréables dans un passé lointain.

Puerto Varas, la principale station estivale du lac Llanquihue, est un des lieux de villégiature préféré des Chiliens et un des plus visité au Chili. Son style est très germanique avec des rues bordées de rosiers et une promenade le long de la rive. La ville abrite le 2ème casino du pays. De tout point, s’apprécie le volcan Osorno, 2681 m d’altitude, dont le sommet reste enneigé toute l’année. L’eau du lac est suffisamment chaude pour se baigner et calme pour pratiquer tous les sports aquatiques, contrairement à l’océan qui reste toujours glacial et agité. Les résidences secondaires et hôtels sont nombreux pour accueillir un flux important, comme l’atteste cette plage.

Puerto Montt au sud est un port de pêche ouvert sur l’océan intérieur et une ville industrielle qui présente peu d’intérêt, majoritairement détruite lors du tremblement de terre de 1960 (Valdivia, 9,6 sur l’échelle de Richter, le plus fort enregistré dans l’histoire moderne). C’est un passage obligé pour se rendre sur la grande île de Chiloe. Le petit port est pittoresque, à la fois pour ses petites embarcations, ses pontons de bois où abondent restaurants, poissonneries et boutiques avec l’artisanat local. C’est le lieu de prédilection pour déguster les coquillages spécifiques du pacifique sud, qui plaisent difficilement aux européens, à cause de leur taille et leur goût très prononcé en iode. L’eau est si froide qu’elle est peuplée d’éléphants de mer.

Même si elle rappelle la vieille Europe, cette région dénote avec ses volcans. Elle se situe à quelques dizaines de kilomètre de la côte pacifique et jouit parfois du même climat. Elle aussi peuplé par quelques communautés indiennes Mapuche qui sont très retirées. Depuis toujours, ils se sont farouchement opposés à la colonisation. Dans des temps très anciens, ils ont repoussés les mayas puis les espagnols. L’intégration n’a jamais réellement eu lieu et l’on découvre un pays à deux visages. On peut critiquer l’omni présence de la culture germanique mais l’histoire et la géographie sont responsables de cette situation. D’une part, seuls les colons allemands se sont installés ici. D’autre part, située très au sud du pays, bloquée entre la cordillère et le pacifique, la région a vécu comme une île, sans métissage pour construire une nouvelle identité.

Comments

poucinette

c’est sublime merci de ce beau partage

Leave a comment

name*

email* (not published)

website