Navigate / search

La Grande Ile de Chiloé

L’île de Chiloé, plus grande que la Corse, fait partie d’un archipel comptant plus de 100 îles, face à la côte Chilienne. Balayé par le vent et la pluie, son paysage fait un peu penser à la Normandie. Sa mythologie nourrit l’imaginaire de tous les chiliens. Aujourd’hui, je vous propose une ballade à travers son histoire, sa nature, ses maisons sur pilotis, ses églises en bois, classées monuments historiques au patrimoine mondial de l’Unesco, son artisanat et sa gastronomie.

L’archipel ressemble à un grand navire amarré au large des côtes chiliennes, bordées de nombreuses iles, accessibles par des ponts, à pied à marée basse ou encore en ferry. La côte pacifique est bordée d’une petite montagne, qui protège le centre de l’île et la côte sur la mer intérieure, où se sont développés tous les villages. Les premiers habitants étaient des indiens qui vivaient en petites tribus et qui furent envahis petit à petit par les mapuches, indigènes du Chili continental. L’archipel fut annexé par les espagnols à la fin du 16ème siècle et les jésuites débarquèrent en bon nombre. Grâce aux richesses naturelles de l’île, les colons se sont vite installés, tout en asservissant plus au moins les indigènes. Isolés par les frontières naturelles de l’île, les groupes ethniques ont rapidement fusionné, tous logé à la même enseigne avec le même niveau de pauvreté. Ils ont conservé langues, coutumes et traditions orales de chaque groupe. Au 19ème siècle, l’île a commencé à sortir de son isolement, avec l’arrivée de colons allemands, anglais et français, qui recevaient gratuitement des terres du gouvernement Chilien. Les traditions sont encore très présentes et très importantes. On les trouve dans la langue, l’artisanat, la gastronomie et les fêtes.

Pendant 2 siècles d’isolement, les jésuites ont évangélisé le peuple chilote et dressé plus de 100 églises en bois, dont 9 classées monuments historiques au patrimoine mondial de l’Unesco. Les chapelles sont toutes en bois, souvent construites sans un clou, parfois peintes de couleurs vives. La plupart sont construites dans des lieux isolés, correspondants à la mission itinérante des jésuites. L’architecture est d’inspiration bavaroise et les églises ont su assimilé les cultures sans perdre leur identité. Les jésuites ont été expulsés d’Amérique Latine à la fin du 18ème siècle et remplacés par les missions catholiques, ce qui n’empêchent pas les habitants de se réunirent chaque année au mois d’août, pour des célébrations religieuses, inspirées des anciens rites jésuites.

La capitale de l’île, Castro, se démarque par son histoire, souvent attaqué par les pirates, son architecture de maisons sur pilotis, son promontoire abritant le cœur de la cité et sa cathédrale San Fransisco, construite en 1906 par un architecte italienne. Aussi tout en bois, elle a été recouverte de tôle et peinte en orange, lilas et blanc, pour résister aux assauts des intempéries.

L’artisanat de l’île se compose de tissages : des ponchos très doux en laine non traitée très résistante à la pluie, des chaussettes, des pulls en laine de mouton mais aussi de lama. On trouve également des vanneries en fibres végétales et des objets décoratifs peints, représentants des personnages et des animaux.

La cuisine se compose essentiellement de poissons et de fruits de mers, car l’île vit essentiellement de la pêche et du bois. Bien que le littoral soit très menacé par la pollution et la raréfaction de la faune, on trouve essentiellement des espèces spécifiques au pacifique sud : congrio, reineta, corvina, choclo, ostiones, macha, kril, ect. Parmi les produits connus des européens, on trouve la palourde, la moule, l’araignée de mer, le saumon, le thon et le mérou. Les poissons et fruits de mer sont le plus souvent préparés à la plancha, en soupe ou en caldo, sorte de « pot au feu » ou « bouillabaisse ».

La côte pacifique est principalement occupée par le parc national de Chiloé, à découvrir à pied ou à cheval, abritant une faune endémique et une flore extraordinaire sur plus de 43.000 hectares.

Comments

nanou31

Merci beaucoup Fabrice, pour ces voyages sans cesse renouveler.

Meilleurs voeux pour cette nouvelle année d’expatrié. Une année que je vous souhaite pleine de bulles de champagnes, de yeux qui brillent, de moments voluptueux et gourmands et de fous rire entre amis.

Nathalie.

Blog voyage

Ahh, l’île de Chiloe, j’y suis passé en 2007 à la fin d’un voyage de 3 mois en Amérique du Sud…Quelle ambiance, quelle sérénité, là bas, le temps semble s’être arrête!
Merci pour cet article et ces photos qui me replonge là bas 🙂

Alain

Leave a comment

name*

email* (not published)

website