Navigate / search

La poire dans tous ses états

C’est la pleine saison de la poire et elle va se prolonger tout au long de l’hiver ! Je vous propose de découvrir son histoire, ses vertus, ses symboliques, mais le plus important, les différentes variétés de poire et mes recettes. Les poires sont nombreuses sur les étalages du début de l’été à la fin de l’hiver. Certaines seront meilleures en fruits, d’autres en cuisson et d’autres distillées. C’est donc le moment de faire le choix…

Son histoire :

Le poirier est originaire de Chine et on le cultive depuis la plus haute antiquité. La tradition rapporte que les souverains français qui se faisaient couronner à Reims recevaient en cadeau une poire et une coupe de Champagne.

Ses vertus :

Avec un apport énergétique de 50 kcal pour 100 g, la poire est un excellent coupe faim. Son responsable est le fructose (12%) qui favorise une digestion lente, donne de l’énergie et élimine les fringales. Avec ses 87% d’eau, elle a un pouvoir rafraîchissant et de désaltérant.

Côté énergie, elle est en riche en minéraux et en oligo-éléments, notamment le potassium. Elle contient également du calcium, du magnésium et du fer. Côté vitamines, on trouve un peu de vitamines C et E. Tous ces nutriments sont indispensables au bon fonctionnement de nos cellules. De plus, elle ne contient pas de sodium, ce qui est très intéressant pour les régimes sans sel.

Ses utilisations :

La poire se consomme en fruit, en compote, en jus, en alcool doux (le poiré), en sorbet, et en eaux de vie.

Sa consommation :

Comme la banane ou l’avocat, la poire ne mûrit pas pleinement sur l’arbre. Elle est cueillie à peine mure puis conserver dans des entrepôts réfrigérés et à atmosphère contrôlée. A température ambiante et à la lumière du jour, elle mûrit en quelques jours dans la corbeille à fruits, mais se gâte aussi très vite.

Ses symboliques :

Dans le langage courant, la poire a une connotation péjorative « prendre quelqu’un pour une bonne poire ». Louis Philippe et Helmut Kohl furent les victimes des caricaturistes et comparés à des poires. Il y a aussi le fameux échec commercial et publicitaire de la poire de Renault, sous entendu la fameuse R14, qui est devenu un sujet d’école en marketing.

Ses variétés :

Selon les saisons, on trouve différentes variétés de poire. Voici un descriptif avec quelques conseils pour la consommation :

Les poires d’été, de juillet à octobre :

Guyot

gros fruit à peau jaune, sa chair est parfumée et juteuse.
Williams

trapue, peau jaune à vert clair ou rouge écarlate, brillante, sa chair est blanche, fondante et juteuse, sucrée et très parfumée. Excellente pour les compotes, confitures, et eaux de vie. Elle se marie bien avec du fromage (roquefort et chèvre) et accompagne merveilleusement le chocolat.


Les d’automne, d’octobre à décembre :

Bosc

de forme allongée avec un cou effilé, elle a une peau épaisse, rugueuse de couleur brune tirant sur le jaune. Sa chair est blanche, juteuse, granuleuse et très parfumée. Bien appropriée pour la cuisson et le pochage.
Conférence

ventrue à sa base, une peau épaisse, d’un vert bronze, avec une chair fine, de couleur rosée en surface et blanche au centre, juteuse, sucrée, acidulée, parfumée. Idéale pour les confitures, elle a une bonne tenue à la cuisson, idéale en accompagnement de mets salés.
Beurré-Hardy

sa peau est épaisse et rugueuse de couleur vert olive, aspect court et ventru. Excellente qualité gustative. Chair très fine, parfumée, tendre, fondante, juteuse et sucrée avec des saveurs acidulées et légèrement musquées. Idéale à croquer comme fruit.
Alexandrine

de taille moyenne, avec une peau lisse et fine de couleur jaune finement bronzée. Sa chair est ferme, blanche, fine, juteuse et sucrée. Idéale à croquer comme fruit.
Poire Louise Elle est petite et allongée. Sa peau fine de couleur verte tire sur le jaune. Sa chair est ferme, légèrement juteuse et acidulée. Idéale à croquer comme fruit
Packam Triumph

variété d’importation, en provenance d’Australie. C’est une poire assez grosse, à peau plutôt épaisse, chair fine, fondante, juteuse, acidulée et peu sucrée. Idéale à croquer comme fruit.
Louise Bonne d’Avranches assez petite, à la chair acidulée, sous une peau fine d’un vert jaune, ponctuée d’un rouge vif. Idéale à croquer comme fruit.
Beurré Giffard dodue, à chair fine, juteuse, parfumée, à la peau jaune/vert et couverte d’un rouge bronzé et mat. Idéale à croquer comme fruit.
Général Leclerc Un fruit « globuleux », dont la chair fine et tendre est juteuse, très parfumée. Idéale à croquer comme fruit

Les poires d’hiver : de décembre à avril :

Passe-Crassane

fruit bien arrondi avec une peau épaisse, rugueuse, dorée avec des marbrures rousses. On la trouve sur les étals avec un pédoncule recouvert de cire rouge pour retarder son mûrissement. Sa chair est granuleuse, juteuse, fondante, acidulée. A déguster comme fruit.
Comice ou la Doyenné du comice

grosse et dodue, à la peau épaisse et lisse de couleur jaune vert, sa chair est blanche, fine et sucrée, fondante, juteuse. Une des meilleures poires table. Idéale à consommer comme fruit.
Angelys

Cette variété a été créée en l’an 2000, issue du croisement de la Doyenné et de la Passe-Crassane. Idéale à croquer comme fruit.

Mes recettes de desserts :

Confiture de poire à la bergamote

Far breton aux poires et chocolat

Gourmand aux poires et mousse chocolat cannelle

Poire pochée au vin de coing, glace au bleu et tuiles à la noisette

Poire pochée aux épices, glace à la réglisse et caramel au beurre salée

Poire compotée à la vanille et chantilly au chocolat

Mes recettes salées :

Tajine de poulet aux épices et poires caramélisées au miel

Filet de chevreuil au jus et poires au vin

Comments

Grain de Raisin

Merci pour cet article intéressant.
Dommage qu’elle soit si fragile…

La cuisine des minis

C’est un fruits excellent!!
merci pour cet article.. Je ne connaissais pas toutes ces poires.
Bonne journée
Elise

le gars astronomique

Normal que le « poirier » soit originaire de la Chine, là-bas ils marchent « sur la tête » . . .
J’te laisse méditer là-dessus.
A+

Noémie

Bonjour,
ce que vous appeler varieté angelys créée en l’an 2000, existe chez nous depuis bien avant mon arrière grand père. Ici on l’appelle le caloé ? caloué ? j’écris en phonétique désolée, je n’ai jamais entendu son nom autrement qu’a l’oral … c’est une poire qui se récolte a l’automne et « en général » se conserve très bien … consommée crue a peine mure ( car elle devient blette très très rapidement) elle se prète très bien a la cuisson… D’autre dise que ce sont des poires a cuire…
cordialement,

Leave a comment

name*

email* (not published)

website